Noël dans le service de réanimation d’un hôpital français : AP capture la peur, la lassitude et l’amour [σκληρές εικόνες]

Comment se passe la vie dans un service de réanimation contre le coronavirus à Marseille, en France ?

L’AP fait un reportage photo avec des images crues de l’unité de soins intensifs de l’hôpital Le Timone, où la plupart des patients traités ne sont pas vaccinés et le personnel fait tout ce qu’il peut pour ressentir un peu Noël. Attention, certaines photos sont dures.

L’ARTICLE CONTINUE APRÈS LA PUBLICITÉ

Depuis l’unité de soins intensifs en France, où il est soigné, le patient atteint de coronavirus David Sebag dit avoir un regret : il n’a pas été vacciné. « Le vaccin n’est pas un danger », a déclaré l’homme de 52 ans alors qu’il était hospitalisé à Marseille. « C’est un choix de vie. »

Dîner de Noël pour le personnel du service de réanimation de l’hôpital La Timone

Noël aux soins intensifs

Le médecin-chef de l’unité de soins intensifs, le Dr. Julien Carveli essaie de garder son équipe éveillée alors qu’ils passent à nouveau Noël à soigner des patients sous ventilateurs, les déplaçant périodiquement de leur dos à leur museau.

Radiologue Coral Jill avec équipement de protection
Radiologue Coral Jill avec équipement de protection

L’ARTICLE CONTINUE APRÈS LA PUBLICITÉ

Le personnel est fatigué, les scanners de mutation omicron et les lits de réanimation se remplissent très vite. « Nous avons peur de ne pas avoir assez d’espace », déclare Carveli.

Une photo est placée à côté d'un patient dans le service de réanimation de l'hôpital La Timone à Marseille
Une photo est placée à côté d’un patient dans le service de réanimation de l’hôpital La Timone à Marseille

L’un des plus grands hôpitaux de France, l’hôpital La Timone à Marseille tente de faire face à chaque vague du coronavirus. La veille de Noël, le personnel médical a décoré un arbre dans le couloir et a pris un moment pour partager un repas afin de conserver un peu d’esprit festif entre les quarts de travail ennuyeux.

Amélie a rendu visite à son mari, qui était dans le coma dans l'unité de soins intensifs de l'hôpital pendant 21 jours
Amélie a rendu visite à son mari, qui était dans le coma dans l’unité de soins intensifs de l’hôpital pendant 21 jours

L’ARTICLE CONTINUE APRÈS LA PUBLICITÉ

L’hôpital permet aux familles de rendre visite à leurs proches gravement malades tant qu’ils font attention. Amélie Kayat rend visite quotidiennement à son mari Ludo, 41 ans, qui est dans le coma et sous ventilateur depuis 24 jours. Le couple soutient leurs têtes alors qu’elle est assise dans le lit à côté de lui. Il est assez fort pour se tenir debout maintenant, alors il lui dit au revoir dans ses bras.

Une patiente atteinte de coronavirus a été intubée avec le bonnet tricoté de son fils sur la poitrine à la demande de sa famille
Une patiente atteinte de coronavirus a été intubée avec le bonnet tricoté de son fils sur la poitrine à la demande de sa famille

Dans une chambre voisine, peu après sa mort, une patiente de 40 ans est dans un état dépressif, le bonnet tricoté de son petit fils sur le ventre. Dans un autre, un parent a laissé une icône d’église de la Vierge Marie à côté de son dossier.

Katie Zalinian pose sa main sur la jambe de sa cousine qui est soignée en soins intensifs
Katie Zalinian pose sa main sur la jambe de sa cousine qui est soignée en soins intensifs

L’ARTICLE CONTINUE APRÈS LA PUBLICITÉ

Un peu plus loin dans l’allée, Katie Zalinian attend avec impatience de rendre visite à sa cousine. Elle entre plus tard dans sa chambre avec un équipement de protection complet et touche sa jambe avec sa main.

« Le vaccin n’est pas un danger, c’est une échappatoire »

Alors qu’environ 90% des adultes français sont vaccinés contre le coronavirus et qu’environ 40% ont déjà reçu un rappel, la plupart des patients atteints de coronavirus en réanimation La Timone ne sont pas vaccinés. « Je suis très, très, très désolé », déclare le patient Sebag. « Je me suis laissé piéger dans des choses inutiles. « Je pensais que le vaccin n’était pas nécessairement une bonne chose. »

Une image de la Vierge Marie à côté du lit d'un patient intubé
Une image de la Vierge Marie à côté du lit d’un patient intubé

Il se souvient que lorsque les symptômes du coronavirus étaient à leur paroxysme, « je ne savais pas où j’allais. « Je ne me suis rendu compte de rien… J’ai attendu des heures et j’avais mal ».

L’ARTICLE CONTINUE APRÈS LA PUBLICITÉ

Esther passe du temps avec son mari malade Sebag
Esther passe du temps avec son mari malade Sebag

La femme de Sebag, Esther, a décrit son horreur : « Nos vies ont été détruites cette semaine. « Je pensais que j’allais le perdre. »

Le personnel médical s'occupe d'un patient intubé
Le personnel médical s’occupe d’un patient intubé

Il est toujours positif à propos du virus et dit que la seule chose qui compte maintenant est l’effort de récupération. « Si j’avais été vacciné, je n’aurais pas été dans une telle unité de soins intensifs », dit-il. « Le vaccin n’est pas un danger, mais une opportunité de s’évader pour éviter quelque chose de plus grave. »

L’ARTICLE CONTINUE APRÈS LA PUBLICITÉ

Sœur Sonia Mochtari prépare le dîner de Noël aux soins intensifs
Sœur Sonia Mochtari prépare le dîner de Noël aux soins intensifs

La France a les taux d’incidence quotidiens les plus élevés depuis le début de la pandémie alors que la mutation Omicron balaie le pays. Carveli, responsable des soins intensifs à Marseille, craint que les hôpitaux ne soient bientôt « inondés ».

Petite pause pour le personnel des soins intensifs
Petite pause pour le personnel des soins intensifs

« Nous sommes déjà dans un état de tension avec très peu d’espace disponible », dit-il. « On en a marre de tout ça. « Nous nous concentrons toujours sur le fait de faire notre travail au mieux de nos capacités, mais plus cela prend de temps, plus nous sommes fatigués. »

L’ARTICLE CONTINUE APRÈS LA PUBLICITÉ

L'infirmière Medina Bengler nourrit un patient dans l'unité de soins intensifs
L’infirmière Medina Bengler nourrit un patient dans l’unité de soins intensifs

Deux choses rendent ce Noël particulièrement difficile, dit Carveli. De plus en plus d’employés réagissent positivement à la vague actuelle de mutation Omicron et ne sont donc pas disponibles pour travailler.

Les infirmières décorent un arbre de Noël pour ajouter un peu d'esprit de Noël
Des infirmières décorent un sapin de Noël pour « sentir » un peu Noël.

Et certains collègues quittent complètement le travail à cause de la pression. Mais même cela signifierait que vous devez dépenser de l’argent pour ces processus. « C’est aussi étrange pour les patients qui sont privés de Noël. »

L’ARTICLE CONTINUE APRÈS LA PUBLICITÉ

Des chants de Noël jouent sur l'ordinateur dans l'unité de soins intensifs
Des chants de Noël jouent sur l’ordinateur dans l’unité de soins intensifs
L'infirmière prépare un sandwich au chocolat
L’infirmière prépare un sandwich au chocolat
Quelques instants de repos pour les infirmières des soins intensifs
Quelques instants de calme pour les infirmières des soins intensifs

Photos : AP

L’ARTICLE CONTINUE APRÈS LA PUBLICITÉ

suis le sur Google Actualités et soyez le premier à connaître toutes les nouvelles
Voir toutes les nouvelles de la Grèce et du monde sur

Onfroi Séverin

"Amoureux de Twitter. Écrivain sympathique. Penseur primé. Fanatique de la nourriture hardcore. Ami des animaux partout. Analyste incurable."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *