Israël préfère trouver une solution diplomatique à son programme nucléaire…

Israël préfère une solution diplomatique à une confrontation avec l’Iran à propos de son programme nucléaire mais se tient prêt à agir si nécessaire, a déclaré le Premier ministre israélien Naftali Bennett au directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Raa.

« Israël se réserve le droit de se défendre et de prendre des mesures contre l’Iran pour arrêter son programme nucléaire si la communauté internationale ne le fait pas dans un délai raisonnable », a déclaré Bennett à Grossi, arrivé jeudi en Israël. pour les conversations.

L’armée israélienne, quant à elle, a mené cette semaine d’importants exercices militaires à l’aide d’avions de combat et de navires, affirmant qu’elle se préparait à « divers scénarios » impliquant l’Iran.

L’armée israélienne était censée mener un exercice en mai 2021 basé sur le scénario d’un conflit avec les Palestiniens qui s’étendrait jusqu’à la frontière nord du pays avec le Liban et la Syrie, mais a été contrainte de le reporter après le déclenchement des hostilités à Gaza.

Un an plus tard, l’armée israélienne a commencé l’exercice pour se préparer aux « batailles proches et lointaines ». Des dizaines d’avions de guerre ont survolé la mer Méditerranée mardi, la presse israélienne rapportant qu’il simulait une attaque à grande échelle contre l’Iran, principalement contre des sites nucléaires.

L’armée israélienne n’a pas commenté le rapport, mais a déclaré que « nous nous préparons et nous entraînons constamment pour une série de scénarios impliquant des menaces de l’Iran ».

Le plan stratégique de l’armée israélienne pour 2022 identifie l’Iran comme une menace clé, non seulement en raison de son programme nucléaire, mais aussi en raison du développement de ses programmes de missiles balistiques et de drones.

Israël, considéré par les experts comme le seul pays du Moyen-Orient doté d’armes nucléaires, a menacé le programme nucléaire iranien et accusé Téhéran de poursuivre une bombe nucléaire, ce qu’il nie.

L’État hébreu s’oppose également à la relance de l’accord international de 2015 sur le programme nucléaire iranien, qui vise à empêcher l’Iran d’acquérir une bombe nucléaire, en échange de la levée des sanctions économiques qui lui sont imposées.

Israël craint que l’accord ne permette à l’économie iranienne de se redresser, permettant à Téhéran d’augmenter l’aide à ses alliés régionaux tels que le mouvement libanais Hezbollah ou le Hamas palestinien.

Onfroi Séverin

"Amoureux de Twitter. Écrivain sympathique. Penseur primé. Fanatique de la nourriture hardcore. Ami des animaux partout. Analyste incurable."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *