Il m’avait dit de ne pas laisser entrer les autres…

Et si la rencontre d’aujourd’hui entre le président turc Recep Tayyip Erdogan et Nicolas Maduro, le président du Venezuela, avait lieu ? Son problème est la Grèce, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis et la perte de faveur des États-Unis. Après la célèbre phrase « Le joug de Mitsotaki pour moi maintenant », le président turc a déploré que le Premier ministre grec « ait dit de ne pas laisser d’autres parmi nous assister à la réunion qu’il avait avec moi » et n’a pas obtempéré.

Peu de temps après, le président turc saute le pas et tire à nouveau sur la Grèce : « Nous avons soutenu la France et la Grèce pour qu’elles rejoignent l’OTAN. Et les États-Unis ont donné la permission d’établir des bases contre nous, neuf bases. ss les bases) ? Ils disent que c’est contre la Russie, on ne le mange pas. La Grèce doit à l’UE et pourtant ils donnent des armes, je ne citerai pas de noms. À qui les donne-t-on ? », a-t-il dit.

Ensuite, le président turc a évoqué la rencontre avec Kyriakos Mitsotakis à Istanbul. « Nous avons parlé, mais regardez ce qui s’est passé ensuite. Il a fait la même chose à Davos. (…) Il s’est moqué de nous à Istanbul puis nous a insultés. Il a fait la même chose à Davos.

« Au dîner avec Mitsotakis, bien que nous ayons dit que nous ne laisserions pas de tiers, comme si nous n’avions pas cette réunion, il est allé en Amérique et a fait des déclarations. »

« Bien qu’il ait dit de ne pas autoriser les autres à assister à notre réunion avec moi, il s’est prononcé contre la Turquie comme s’il ne m’avait pas rencontré avec les déclarations qu’il a faites deux semaines plus tard devant le Congrès. Puis il a fait des choses similaires à Davos. « Nous ne disons pas oui à une politique qui manque de personnalité », a-t-il déclaré.

Déclarations de Maduro

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a lancé aujourd’hui un appel fort aux investisseurs turcs à Ankara, soulignant les nombreuses richesses de son pays telles que le pétrole, le gaz et l’or.

Notant que le Venezuela était sur la voie de la reprise après « une avalanche de sanctions » imposées par les États-Unis en 2019 et la pandémie, il a assuré qu’une « nouvelle ère » s’ouvre.

« Nous découvrons de nouvelles ressources et beaucoup de richesses : j’invite les investisseurs de Turquie pour l’exploitation minière, le tourisme, les chaînes d’approvisionnement, le pétrole, le gaz, l’or… »

« Allez, c’est l’heure ! » a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse avec son homologue turc.

La visite de Maduro à Ankara intervient à la veille du sommet américain organisé par le président américain Joe Biden en Californie, auquel le dirigeant vénézuélien n’était pas invité.

De la même manière, Erdogan, avec quelques autres dirigeants, a été expulsé du « sommet de la démocratie » organisé par la Maison Blanche en novembre dernier.

En 2019, le dirigeant turc était l’un des rares dirigeants au monde à exprimer son soutien à Maduro, alors que Washington et des dizaines de pays à travers le monde avaient reconnu la légitimité du chef de l’opposition Juan Guido en tant que président par intérim du Venezuela.

Erdogan a annoncé son intention de se rendre à Caracas « en juillet ».

Les deux dirigeants sont liés à une série de plus de 50 accords commerciaux, dont trois signés aujourd’hui dans le tourisme, l’agriculture et la banque.

Le commerce entre les deux pays a triplé pour atteindre 1 milliard de dollars en trois ans, a déclaré le président turc. Turkish Airlines exploite également sept vols hebdomadaires entre Istanbul et Caracas.

Après Ankara, Maduro devrait se rendre en Algérie demain jeudi.

Petros Kranias

Onfroi Séverin

"Amoureux de Twitter. Écrivain sympathique. Penseur primé. Fanatique de la nourriture hardcore. Ami des animaux partout. Analyste incurable."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *